ACBM - Le Virus Informatique qui vous défend !Retour à l'accueilLes brèvesLe magasinContacts Ecrire dans le virusListe de diffusionPetites annoncesLes concours



2007-02-12 00:00

Interview de l'inventeur du boîtier anti-« mode veille »


Beaucoup de personnes se contentent de mettre leur télévision en mode veille à l'aide de la télécommande plutôt que de l'éteindre complètement avec son interrupteur. A moins de vouloir rallumer la télévision assez rapidement, il s'agit d'un gaspillage d'énergie. Eric Pantera, un des finalistes au concours organisé par M6 dans l'émission L'inventeur de l'année a imaginé un boîtier qui permet de capter les signaux de la télécommande d'une télévision pour l'éteindre complètement à la demande de mise en veille. Interview.

Bonjour, quel est votre profil ?
J'ai 25 ans, je suis ingénieur, j'ai obtenu mon diplôme à l'Epita. Je travaille actuellement en tant que consultant dans une société de conseil en systèmes d'information.

Comment vous est venue l'idée de votre invention ?
L'idée m'est venue il y a quelques années en me rendant compte que je faisais du gaspillage. J'ai pris le réflexe d'éteindre complètement ma télévision, mais il restait des appareils comme le lecteur DVD que je n'éteignais pas, non pas par négligence mais parce qu'il n'y avait pas de solution simple.

Le jury vous a reproché à un moment d'avoir présenté un boîtier qui n'était pas votre invention ?
Pendant le tournage de la première émission, on m'a demandé de montrer quelque chose de visuel, je n'avais pas de prototype, juste une idée, j'ai donc présenté un boîtier vide. Pour concevoir les prototypes, j'ai été aidé par des électroniciens car je n'avais pas moi-même toutes les compétences nécessaires.

Beaucoup de gens restent sceptiques lorsqu'on leur parle de votre invention : par exemple, ils mettent en cause les consommations évoquées ou l'impossibilité de programmer un magnétoscope éteint. Que répondez-vous ?
Tout d'abord, les explications techniques ont été coupées au montage car pas faciles à comprendre pour le grand public. Ensuite, pour certains appareils (mais pas tous bien sûr), la veille reste inutile. On adhère ou pas à cette idée.

Avez-vous imaginé d'autres inventions ?
Je suis ingénieur, je dirais donc que j'invente tous les jours. J'ai notamment eu l'idée d'un réveil intelligent (non industrialisé) qui m'a permis de gagner un concours inter-écoles d'innovations.

Avez-vous fait une recherche d'antériorité au niveau des brevets ?
Bien sûr ! Nous avons déposé un brevet. Je sais qu'il existe des appareils concurrents, mais le nôtre s'en démarque par 12 innovations qui mises ensembles font la différence. Par exemple, l'apprentissage infrarouge pour s'adapter au signal veille différent sur chaque télécommande.

Comment est alimentée votre invention ?
Le premier prototype était alimenté par pile. On envisage de travailler avec des condensateurs. Un transformateur n'aurait aucun sens à cause du rendement. Il n'y a qu'une seule alimentation pour les deux parties de l'appareil. Le capteur et la multiprises sont reliés par un fil qui sert à la fois à l'alimentation électrique et à la communication des données.

Quels sont les composants que vous avez utilisés ?
L'objectif était d'obtenir une veille minimale. L'appareil utilise principalement un récepteur infrarouge, un microcontrôleur et un système d'alimentation. C'est tout !

Encore merci pour vos réponses et bonne chance pour la finale (le 14 février à 20h50 sur M6) !

Ajout du 14 février : Eric est arrivé en 4e position. Carrefour a proposé d'aider à l'industrialisation de l'invention.

Patrick Gueulle, de la rédaction d'ACBM, a participé aux mesures du prototype ainsi que vous avez pu le voir à la télévision, puis à l'amélioration de l'appareil dans un second temps. Il est aussi l'auteur de l'ouvrage Télécommandes pour une maison communicante.



Vous aimez cette page ? Partagez-en le lien sur les réseaux sociaux !

Facebook
Twitter
Google+
LinkedIn

Vous pouvez aussi recopier librement son contenu ailleurs (en indiquant le lien de cette page), mais sans le modifier ni en faire un usage commercial. Ce contenu est sous licence Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License.
Creative Commons License

Retour aux archives
Retour à l'accueil
[RSS]
Legal & cookies