ACBM - Le Virus Informatique qui vous défend !Retour à l'accueilLes brèvesLe magasinContacts Ecrire dans le virusListe de diffusionPetites annoncesLes concours



2002-02-01 00:00

Euro : Le casse informatique qui fait rire !


Des pirates informatiques profitent de l'euro pour gagner de l'argent sur le dos des banques. Contactées, ces banques prennent l'information en rigolant !
Marc Rees, Motenai, O.A. et anonymes sur l'internet

Selon le taux officiel, 1 €, c'est 6,55957 F. Pour obtenir un montant en euros, il faut simplement diviser par ce taux. Evidemment, l'opération ne tombe jamais juste. Il faut donc faire jouer la règle de l'arrondi : si le troisième chiffre après la virgule est égal ou supérieur à 5, on arrondit à l'eurocent supérieur (1,126 € c'est 1,13 €). Si le troisième chiffre après la virgule est inférieur à 5, on arrondit à l'eurocent inférieur (1,124 €, c'est 1,12 €). Simple ! Au grès des opérations, cette conversion se fait soit à l'avantage du client, soit à celui du commerçant. De telles erreurs surgissent aussi lorsqu'on effectue un virement entre deux comptes bancaires, l'un géré en francs, l'autre en euros (une seule devise est utilisée effectivement, même si les deux figurent sur votre relevé). Par exemple, en passant d'un compte sur l'autre, 125 F se transformeront en 19,06 €, soit... 125,03 F si vous demandez un affichage en francs. Gain : 0,03 F. On parvient au même résultat avec un virement de 0,04 F seulement. En effet, ce montant se transformera en 0,01 €, soit 0,07 F ! Belle rentabilité, non ?

Des outils souvent offerts
Des petits malins ont rapidement imaginé de répéter l'opération aussi rapidement que possible. Ils utilisent deux comptes dans la même banque (courant, épargne, titres...) pour éviter des frais et les dates de valeurs. Grâce à l'internet, il suffit désormais de quelques clics de souris et touches de clavier pour effectuer un virement. Il est possible de reproduire l'opération à la main, mais cela s'avère fastidieux et long. Des outils spécialisés, souvent fournis d'office avec l'ordinateur, permettent d'enregistrer ces actions pour les reproduire ensuite de façon automatique et répétitive. On parle de "macro-commande" ou de "script". Au bout d'un certain nombre de virements, il suffit de retirer le pécule d'euros, puis de l'injecter dans le compte franc initial... et de recommencer !
Selon nos tests, un virement dure en moyenne 10 secondes (il est possible d'optimiser le processus). Cela représente tout de même 8 640 transferts toutes les 24 heures (si tout se déroule correctement). Gain journalier ? 216 F environ pour une mise initiale de 345 F ! Et, sur certains sites, il est même possible d'effectuer plusieurs virements en même temps depuis plusieurs ordinateurs !
Pour contrer ce système, les banques ont plusieurs solutions : imposer un montant minimum dissuasif lors des transferts, limiter le nombre de virements gratuits ou rallonger le temps de réaction de l'ordinateur, par exemple. Mais tout cela se fera au détriment de l'utilisateur normal.
De toutes façons, les banques expliquent que l'astuce ne fonctionnera plus au-delà du 31 décembre : tous les comptes seront alors convertis définitivement en euros.


Qu'en pensent-ils ?
Nous avons joint la Banque de France pour connaître son point de vue sur ce petit montage. Elle nous a affirmé, un peu gêné : "euh... (rires) il n'y avait aucune interdiction spécifique à le mettre en place !". La Société Générale, elle, nous a pris pour des illuminés : "Comment !?", mais a confirmé ce point de vue ! Du côté des banques en ligne, les clauses juridiques ne font pas mention de cette petite faille. On lit simplement chez ZeBank que "la banque peut s'informer auprès du Client en cas d'opérations paraissant inhabituelles. Cette information porte sur l'origine et la destination des sommes [...] et l'identité de la personne qui en bénéficie". Mais aucune importance puisque les deux comptes appartiennent à la même personne ! Quant aux services fiscaux : "C'est la première fois que j'entends une chose pareille !". L'inspectrice conseille cependant de déclarer les gains au titre des bénéfices non commerciaux...
Même si personne n'y a pensé, un juge pourrait considérer qu'il y a abus de droit, mais rien n'est sûr : d'abord parce qu'il n'y a pas de jurisprudence en la matière et, surtout, parce que le Code monétaire (art. L113-6) interdit les contestations relatives aux écarts de conversion !
On n'ose en tous cas imaginer les frais d'expédition des relevés de compte. Vu le nombre d'opérations, on en arrive à plus de 8.000 feuillets par mois. Mais quelle importance puisque c'est la banque qui paye ?





Vous aimez cette page ? Partagez-en le lien sur les réseaux sociaux !

Facebook
Twitter
Google+
LinkedIn

Vous pouvez aussi recopier librement son contenu ailleurs (en indiquant le lien de cette page), mais sans le modifier ni en faire un usage commercial. Ce contenu est sous licence Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License.
Creative Commons License

Retour aux archives
Retour à l'accueil
[RSS]
Legal & cookies