ACBM - Le Virus Informatique qui vous défend !Retour à l'accueilLes brèvesLe magasinContacts Ecrire dans le virusListe de diffusionPetites annoncesLes concours



Paru dans Pirates Magazine n°8
2000-09-01 00:00

Voyager sans billet, suite : les témoignages


Notre article consacré aux voyages sans titre de transport dans Pirates Mag' 1 a suscité un important courrier venant des quatres coins du monde. Voici quelques témoignages. Nous ne cautionnons nullement la fraude, notre objectif est seulement de souligner de grosses lacunes dans les systèmes de contrôle, qui font que l'utilisateur honnête - vous, nous - paye pour d'autres. D'ailleurs, nous préférerions que plus de personnes soient employées à vérifier les billets à l'entrée des réseaux de transport et aident les voyageurs, comme cela se fait dans certains pays, leurs salaires étant payés par la vente supplémentaire de billets, plutôt qu'à rester chez elles en touchant des allocations chômage.
Aussi, le prix des transports en commun est souvent trop élevé : l'abonnement mensuel peut représenter une très grosse part du budget d'une famille. Pourtant si les billets étaient moins chers, il y aurait plus d'utilisateurs et moins de voitures sur les routes, moins d'embouteillages, moins de polution... Mais notre proposition n'est pas politiquement dans un pays où l'industrie automobile est une des plus grosses pourvoyeuses d'emplois et de taxes directes ou indirectes (essence...).



« Je me suis aperçu que les machines validant les tickets - celles qui ne donnent qu'un coup de tampon sans toucher à la bande magnétique - imprime quelques chiffres, qui correspondent à la gare et au jour mais, d'une année à l'autre, il n'y a aucune différence ! »

« Chez nous, les machines à composter dans les gares n'impriment pas l'heure. Du coup, on peut faire le voyage plusieurs fois sur le même tronçon dans le même sens sans qu'un contrôleur puisse le détecter. »

« Un ticket combiné train et métro est valable deux heures officiellement et il faut prendre la correspondance la plus courte, sans faire de pause. Or je me suis aperçu que certaines machines validant les tickets dans les gares n'impriment pas l'heure (seul le jour est imprimé). Résultat : un contrôleur ne peut pas savoir si une correspondance a été faite trop tard. Attention, il semble que ce ne soit pas à minuit que le changement de date soit opéré sur les composteuses, ce qu'on peut vérifier en compostant un morceau de papier. »

« Souvent, les contrôleurs se cachent juste après les portillons. Et, par fénéantise sans doute, leurs vérifications se limitent aux personnes entrées visiblement sans titre de transport, en passant avec un autre usager ou par-dessus le portillon. J'ai vu des personnes utiliser des tickets à tarif réduit pour faire illusion. Mais comme cela coûte de l'argent quand même, certains récupèrent des billets combinés train/métro qui ne sont pas passés dans un composteur magnétique (c'est-à-dire seulement tamponnés en gare et dont la partie métro n'a pas été utilisée). Bien sûr, si on se fait attraper, on est bon pour une amende... »

« Ici, certains contrôles (lieux et dates) sont annonçés à l'avance par la compagnie des transports. »

« Dans ma ville, l'abonnement (à la journée, à la semaine ou au mois...) prend la forme d'un ticket sur lequel il faut écrire son nom. On a l'hatitude de ne rien écrire et de l'utiliser à tour de rôle à plusieurs. Quand on voit les contrôleurs, on se dépêche d'écrire le nom et voilà ! »

« Chez nous, le billet n'est pas seulement valable pour un trajet, mais pour autant de trajets qu'on le souhaite pendant une heure. Sauf qu'on n'a pas le droit de faire un aller-retour ! La solution dans ce cas est d'utiliser d'autres lignes pour le retour si cela est possible, quitte à faire un petit détour. »

« Lorsqu'on est attrapé par un contrôleur et qu'on n'est pas en règle, il est mieux d'avoir un mauvais titre de transport (dépassement de zone, réduction indue, etc.) au besoin trouvé par terre que pas de titre de transport du tout : l'amende sera réduite. »

« Ce n'est pas une fraude, mais une astuce : on peut parfois faire un trajet pour moins cher en le morcelant en plusieurs billets tout en restant dans le même véhicule. Parfois il faudra changer de siège, c'est tout. »



Vous aimez cette page ? Partagez-en le lien sur les réseaux sociaux !

Facebook
Twitter
Google+
LinkedIn

Vous pouvez aussi recopier librement son contenu ailleurs (en indiquant le lien de cette page), mais sans le modifier ni en faire un usage commercial. Ce contenu est sous licence Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License.
Creative Commons License

Retour aux archives
Retour à l'accueil
[RSS]
Legal & cookies