Comment nous avons perdu 230 euros chez CJ Affiliate (Conversant)

vers Virus Info


[accueil]  [menu]  [marions-nous !]  [chercher]


2020-04-21 11:22
CR

Marché aux puces contrefaites



Les difficultés actuelles d’Intel pour répondre à la demande pour ses microprocesseurs Core ont donné de l’espace aux arnaques en tout genre. À en juger un communiqué de la société sur le réseau social Weibo, elle est confrontée à une recrudescence de plaintes de malheureux acheteurs notamment auprès de revendeurs tiers sur des places de marché en ligne. Mais, même si les emballages paraissent officiels, Intel ne doit rien au consommateur lésé bien sûr, ni remboursement ni remplacement ; Intel est victime elle aussi. En cas de problème, il faudra se retourner contre la place de marché (tantôt simple intermédiaire, tantôt expéditeur) et le revendeur, mais la procédure risque d’être compliquée (une vidéo complète du déballage de A à Z pourrait aider à prouver votre bonne foi) surtout si vous vous êtes fourni dans un autre pays.

Si vous commandez chez Amazon, Fnac ou autre, préférez les produits vendus directement par ces sociétés (quitte à payer plus cher), le service après-vente devrait être plus efficace en cas de problème. Ainsi, le revendeur Newegg, pourtant réputé aux États-Unis, a été accusé quelques semaines plus tôt d’envoyer de faux Core i7-920 (en fait, une plaque d’aluminium et un bloc en plastique de forme vaguement semblable à un ventilateur, accompagné d’un mode d’emploi… vierge !). Les produits litigieux ont été envoyés entre le 1er et le 4 mars, ils portent le numéro de lot 3938B006 sur l’emballage (flanqué d’un hologramme grossier et de quelques fautes d’orthographe) et la référence CNFN936612 sur le « ventilateur ». Le vépéciste a rejeté la faute sur son fournisseur, Ipex (D&H Distributing a été accusé à tort par certains médias), qui a affirmé avoir envoyé par erreur des « puces de démonstration »… dont Intel a nié l’authenticité. La contrefaçon étant avérée, Newegg a rompu ses liens avec ce fournisseur de longue date et s’est engagé à rembourser ou à envoyer des produits officiels à toutes les victimes (elles seraient 300), à leur convenance. Il est possible qu’Ipex ait, elle aussi, été victime dans cette affaire.

Les tromperies sur les puces n’ont rien de nouveau : elles existaient déjà dans les années 1990 avec des puces vendues « overclockées ». Et elles concernent aussi AMD. Nous ne parlerons pas plus des puces d’ancienne génération ou fausses logées dans un emballage plus actuel, l’identification de la tromperie est immédiate (il est impossible d’installer le processeur sur la carte mère). L’arnaque de niveau supérieur demande un peu plus de travail aux escrocs puisqu’elle consiste à apposer une étiquette imprimée comportant de fausses informations par dessus les informations gravées sur la puce. Un peu plus compliquée encore, la méthode suivante nécessite de récupérer une surface métallique imitant celle d’un processeur récent pour la placer sur un processeur moins puissant ; si la carte mère l’accepte, le Bios devrait quand même révéler l’entourloupe. On a ainsi pu voir des photographies de Core 2 Duo transformés en Core i9-9900 ou des Pentium G5400 devenus virtuellement des Core i7-7700. Enfin, des puces vides (bien sûr non fonctionnelles) sont apparues sur le marché, impossibles à identifier à première vue.

Encore une bonne raison pour passer à de l’ARM !


Vous voulez soutenir une information indépendante ? Trouvez le dernier numéro en date du magazine Le Virus Informatique !


[homepage]  [RSS]  [archives]
[contact & legal & cookies]  [since 1997]