Comment nous avons perdu 230 euros chez CJ Affiliate (Conversant)

vers Virus Info


[accueil]  [menu]  [suivez-nous !]  [chercher]


2021-12-25 13:43

Nous avons participé à une tromperie en ligne en rapport avec les cryptomonnaies



Dans Virus Info XX, nous avons raconté comment l’un de nous figurant à ses heures, s’était retrouvé à jouer au faux public dans une conférence d’informatique pour faire croire qu’il y avait plus de monde ayant payé pour la suivre . Cette fois, un de nous a été figurant dans une publicité pour ce qui ressemble à une vaste fraude en ligne.

Le rendez-vous est fixé dans un immeuble de bureaux à deux pas de notre siège social à Tallinn en Estonie, le Zenith. Une quarantaine de figurants, amateurs ou professionnels du cinéma, se retrouvent dans un vaste open space de bureaux. Aucun contrat de travail n’est signé, aucun accord de confidentialité non plus (contrairement à l’usage), le nom du donneur d’ordre n’est pas précisé, mais on peut le deviner ici où là : son logo est présent sur des murs. Il vient sans doute d’y être collé à la hâte, puisque des lettres du nom tombent d’un mur ! Une rapide vérification en ligne depuis un smartphone permet de constater qu’il s’agit d’Attiora, une jeune société d’investissement de quelques mois à peine dans le domaine des cryptomonnaies, du Forex (marché des changes), etc. Elle promet des rendements allant de 1 à 4 % par jour. Les ordinateurs de bureau de la salle n’ont pas été configurés, c’est la première fois que les systèmes d’exploitation sont lancés (pour faire croire à une activité sur les écrans), il n’y a pas de carte Wi-Fi ni de câble de réseau. Les carnets posés sur les tables sont vides ou ont des contenus très variés sans rapport les uns avec les autres. Le tournage commence.

Une personne se présente comme le p.-.d.g. fondateur de la société et fait le tour des services : développement, support client, comptabilité, etc. Les visages des faux employés ne peuvent être reconnus, recouverts de masques grâce à l’excuse bien tombée du Covid-19 (les masques ne sont pas portés lorsque la caméra ne tourne pas, par contre…). Le tournage terminé, les figurants sont payés quelques dizaines d’euros chacun, en fonction du temps passé (plus une prime de 10 € pour ceux qui ont apporté un ordinateur portable). Le paiement s’effectue au « black », aucun numéro de sécurité sociale n’a été demandé, et aucun enregistrement n’a été effectué auprès des autorités pour payer les charges sociales.

Quelques jours plus tard, la vidéo traduite en une dizaine de langues apparaît sur le Web. Le texte descriptif nous explique qu’il s’agit d’une présentation du siège de la société en Australie. Mais, à part quelques images de gratte-ciels rajoutées au début, c’est bien à Tallinn qu’elle a été tournée, on y reconnaît même une porte de derrière du bâtiment Zenith de la rue Narva. Celui qui se présentait comme p-.d.g. de la société (y compris dans des vidéos plus anciennes, avec quelques étranges différences dans l’orthographe de son nom) est, en réalité, un acteur britannique ayant une tout autre identité : Nick Fortella. En bref : tout est faux. Alors que la société est suspectée par quelques internautes d’être une arnaque, la vidéo censée prouver sa réalité et son sérieux parviendrait plutôt au résultat inverse.




Mise-à-jour du 01/07/2022 : La société Attiora a disparu sans explication, l’argent des investisseurs aussi…


Vous voulez soutenir une information indépendante ? Trouvez le dernier numéro en date du magazine Le Virus Informatique !

Vous pouvez recopier librement le contenu de cette page ailleurs (en indiquant le lien de cette page), mais sans le modifier ni en faire un usage commercial. Ce contenu est sous licence Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License.
Creative Commons License

[homepage]  [RSS]  [archives]
[contact & legal & cookies]  [since 1997]