ACBM - Le Virus Informatique qui vous défend !Retour à l'accueilLes brèvesLe magasinContacts Ecrire dans le virusListe de diffusionPetites annoncesLes concours



2017-05-27 02:29

Petit reportage à Latitude59, une conférence sur les startups


Les 25 et 26 mai, environ 2 000 personnes se sont réunies pour la conférence Latitude59 au Kultuurikatel de Tallinn (Estonie). Ce magnifique bâtiment est le lieu idéal pour parler d’innovation en tenant compte du monde actuel : il s’agit d’usine reconvertie en espace de conférence et salon. La hauteur sous plafond atteint une dizaine de mètres avec d’anciennes machines immenses laissées sur place, ce qui donne une ambiance steampunk.

En réalité, Latitude59 a commencé deux jours plus tôt. La première journée était réservée aux investisseurs japonais venus en nombre, la seconde aux investisseurs de toutes nationalités, qui ont pu après quelques conférences se rendre dans le bureau du Premier Ministre estonien (la simplicité de la décoration des locaux des ministres en Estonie tranche avec les dorures de ceux en France ; le petit pays est dans une situation économique bien plus saine. Coïncidence ?). Ce n’était pas prévu au programme, nous avons pu nous-mêmes avoir un court entretien avec le Premier Ministre, Jüri Ratas, mais rien d’exploitable pour un article malheureusement (ce n’est que partie remise !).

L’ADN de l’Estonie
Les conférences ont été d’un niveau particulièrement élevé avec notamment la Présidente de la République d’Estonie, Kersti Kaljulaid. Elle participait de la même façon que les autres intervenants aux débats, sans privilège. Entre ses participations sur la scène, elle était d’ailleurs assise, par hasard, à côté d’un rédacteur de Virus Info, avec seulement son garde du corp entre les deux. Les responsables politiques du pays ont compris l’intérêt des nouvelles technologies pour diriger leur pays, mais ils ont pris leurs fonctions il y a peu et, donc, le train en marche. La présentation en cercle plus restreint de Taavi Kotka, l’ancien responsable des nouvelles technologies pour l’Estonie, fût bien plus passionnante et montrait comment ce secteur est devenu une partie de l’ADN du pays : lorsque l’Estonie a retrouvé son indépendance en 1991, il n’y avait pas d’argent dans les caisses, il a fallu optimiser et les nouvelles technologies ont été utilisées pour cela. Aujourd’hui, il y a ainsi 28 000 fonctionnaires seulement pour 1,3 million d’habitants (en France, il y a plus de 5,4 millions de fonctionnaires pour 67 millions d’habitants, on vous laisse comparer les rapports !)… Tout est prévu pour simplifier la vie des citoyens : les données ne sont saisies qu’une seule fois, c’est l’administration qui se débrouille ensuite pour piocher ici ou là ce dont elle a besoin sans imposer une resaissie. Bien analysées, ces données permettent aux décisionnaires politiques de faire leur choix : faut-il supporter tel secteur sinistré économiquement ou en accompagner un autre ? Constuire ici plutôt que là ?

L’ouverture de compte en ligne est arrivée
Kaspar Korjus, responsable du programme estonien d’e-résidence a fait une annonce fortement « teasée » avant Latitude59. Déception : il s’agit de la possibilité d’ouvrir un compte bancaire pour une société estonienne sans mettre les pieds en Estonie. On savait déjà que cela arriverait sous peu, cela existe déjà ailleurs, une vraie innovation aurait été la prise en charge par le gouvernement de l’adresse postale physique de la société. De façon surprenante, la banque en question, Holvi, est finlandaise et non estonienne. Compte tenu de son tarif (35 € par mois !), nous recommandons de vous payer un voyage en Estonie quand même pour ouvrir un compte ou d’attendre les alternatives de LHV et Swedbank, qui ne devraient plus trop tard. À moins que la banque allemande N26 ne propose sa solution économique avant. Pour cette dixième édition d’un évènement qui a changé de nom en cours de route, les thématiques principales étaient d’ailleurs la santé et la « fin-tech » (mélange de finances et de technologie).
Autre intervention remarquée, celle de Taizo Son, le frère du dirigeant du conglomérat japonais Softbank, Masayoshi Son. Taizo Son n’est pas en reste avec le lancement de GungHo, un géant du jeu vidéo mobile. Il a aussi été un des responsables du lancement de Yahoo! Au Japon, alors qu’il n’était encore qu’étudiant. Désormais, aux commandes de Mistletoe, il investit son argent dans de nombreux projets censés améliorer le monde : planneur pour des livraisons de médicaments sur de longues distances en Afrique, valise qui permet de recycler de l’eau à l’infini, etc. Il insiste : le but n’est pas seulement d’injecter de l’argent dans ces projets, mais aussi, pour parvenir aux meilleurs résultats, de mettre en relations des ingénieurs, des artistes, etc. Il souhaite un évènement Latitude1, à Singapour, sur le modèle de Latitude59.
En 2018, Latitude59 se déroulera les 24 et 25 mai à Tallinn.


Prêt ?


Une conférence en comité restreint réservée aux investisseurs


En sweat-shirt rouge à gauche, un ex-responsable de Rovio. À droite avec le chapeau, Taizo Son. Au centre, de face, le Premier ministre estonien.


La présidente d’Estonie fait son discours d’introduction dans la salle principale.


Une ambiance steampunk dans un lieu magnifique.


Il y avait foule !


Latitude59, c’est aussi un (tout petit) salon avec plein de startups venues présenter leurs projets.


Les startups estoniennes sont souvent connues dans le monde.






Vous aimez cette page ? Partagez-en le lien sur les réseaux sociaux !

Facebook
Twitter
Google+
LinkedIn

Vous pouvez aussi recopier librement son contenu ailleurs (en indiquant le lien de cette page), mais sans le modifier ni en faire un usage commercial. Ce contenu est sous licence Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License.
Creative Commons License

Retour aux archives
Retour à l'accueil
[RSS]
Legal & cookies