ACBM - Le Virus Informatique qui vous défend !Retour à l'accueilLes brèvesLe magasinContacts Ecrire dans le virusListe de diffusionPetites annoncesLes concours



Paru dans Le Virus Informatique n°26
2004-06-01 00:00

Le pixel LCD DCD


Vous venez de faire l’acquisition d’un superbe écran LCD, mais au bout de quelque temps, vous vous apercevez qu’un pixel « mort » vous fait de l’œil. Pas de souci, pensez-vous, il est sous garantie. Un petit tour par la case vendeur et, hop!, l’écran sera changé. Naïf que vous êtes! Vous ne connaissez pas encore la norme ISO 134062 relative aux écrans LCD…

Si votre écran fait référence à la classe I de cette norme, aucun souci, votre écran et son pixel mort devraient vous être changés sur le champ, aucun pixel défaillant n’étant alors toléré. Si votre écran fait référence à la classe II, c’est là que les soucis commencent. En effet, cette norme, assez complexe au demeurant (un pavé de 146 pages), fait un subtil distinguo entre les pixels éteints, les lumineux permanents et les pixels dont seulement l’une des couleurs est défaillante. Mais surtout elle admet qu’un écran peut avoir un certain nombre de pixels défectueux avant que le vendeur ne soit légalement obligé de vous l’échanger! Imaginez un fabricant de claviers qui ne rembourserait votre clavier que lorsque cinq touches ne fonctionnent plus…
Une étude poussée de la norme nous amène pourtant à cette conclusion: par exemple, pour les écrans de 17 pouces, la classe II tolère en totalité jusqu’à 6 pixels dont l’une des couleurs est défaillante, 2 pixels éteints et 2 pixels allumés en permanence, soit 10 pixels défectueux! Ce n’est plus un écran, c’est un champ de bataille! Nous ne parlerons pas des classes III et IV, très peu répandues, mais encore plus permissives que la classe II…
Pis, certains fabricants sont loin d’appliquer la norme ISO au pied de la lettre et jouent sur l’ignorance des consommateurs pour parfois augmenter de manière unilatérale le nombre de pixels défectueux tolérés. Un petit conseil: avant de faire l’acquisition d’un écran LCD, vérifiez d’abord à quelle classe il appartient et, si c’est la classe II, faites-vous confirmer par écrit sur la facture le nombre de pixels défectueux à partir duquel le fabricant le remplacera.

Norme anormale

La norme ISO 13406-2 établit un certain nombre d’exigences (luminosité, contraste, etc.). Ensuite, elle définit quatre niveaux de qualité appelés classes, dans l’ordre décroissant de I à IV (la classe I n’admet aucun pixel défectueux). Cette norme définit aussi quatre types de pixels défectueux:
Type 1: les pixels blancs permanents (les trois cellules RVB sont allumées en permanence)
Type 2: les pixels noirs permanents (aucune cellule RVB allumée)
Type 3: les autres défauts (l’une des trois cellules RVB est allumée en permanence)
Fault cluster: il s’agit du nombre de pixels défectueux dans un carré de 5 pixels de côté.
Enfin, elle définit le nombre de pixels défectueux de chaque type pour chaque diagonale, un écran de 17 pouces tolérant plus d’erreurs qu’un 15 pouces.


Boubou


Vous aimez cette page ? Partagez-en le lien sur les réseaux sociaux !

Facebook
Twitter
Google+
LinkedIn


Retour aux archives
Retour à l'accueil
[RSS]
Legal & cookies