Comment nous avons perdu 230 euros chez CJ Affiliate (Conversant)

vers Virus Info


[accueil]  [menu]  [suivez-nous !]  [chercher]


2024-02-07 15:10
CR

Au sujet de la mise en ligne de nos anciens magazines



Vous êtes nombreux à nous contacter pour la mise en ligne de nos anciens numéros. D’abord, merci à vous de nous contacter plutôt que de faire des mises en ligne sauvages. Notre objectif est de republier ces contenus nous-mêmes, officiellement, ici. Mais c’est un gros travail et cela prend du temps, pour deux raisons.

Notre société n’est pas celle qui possède les droits d’auteur : logiquement, ces droits appartiennent aux auteurs respectifs qu’il s’agisse des articles, des dessins ou des codes source des logiciels. Nous devons donc leur demander un(e) par un(e) leur autorisation de republication en ligne lorsque cela n’a pas été fait à l’origine (message personnels aux anciens auteurs dont nous avons perdu la trace : si vous ne l’avez pas encore fait, nous vous invitons à nous contacter et nous serons heureux de prendre de vos nouvelles au passage).

En parallèle, si nous avons les fichiers des numéros les plus récents (toujours en vente), ce n’est pas toujours le cas des numéros plus anciens. Parfois, nous devons nous battre avec les protections d’anciens logiciels pour ouvrir nos anciens fichiers de PAO, parfois nous n’avons que des fichiers EPS et, parfois, même aucun fichier, nous obligeant à scanner les numéros et, dans les deux derniers cas, passer ensuite dans un logiciel de reconnaissance optique de caractères (qui fait des erreurs que nous devons repérer et corriger à la main). Il arrive aussi, quelques fois, que nous ayons besoin d’éditer des textes (par exemple pour supprimer des données personnelles que nous pouvions publier à l’époque, mais que nous ne pouvons pas republier aujourd’hui). Nous effectuons d’autres opérations au passage lors de l’insertion des contenus dans notre base de données, opérations pas visibles par vous pour le moment, mais qui permettront de nouveaux services prévus plus tard (d’où l’importance de publier en texte au format HTML, au lieu de se contenter d’images scannées dans un PDF). Toutes ces taches techniques nécessitent la mobilisation d’une personne à temps plein pendant une à deux semaines par numéro (sans compter le temps à obtenir les autorisations). Semaine où elle ne pourra pas travailler ailleurs pour faire face à ses dépenses quotidiennes. Votre soutien est donc bienvenu !

Autant que possible, nous passerons nos anciens contenus sous licences libres type Creatives Commons ou GPL, par exemple.


Causons technique !


À l’époque, nous utilisions différents types d’ordinateurs pour créer les contenus de nos magazines (y compris des Atari ST, des Amiga, des Bebox, des NextCube, etc. - oui, il nous ont bien fait rire les commerciaux de Kaspersky Antivirus qui nous disaient de nous protéger !), mais le travail de mise en page des magazines était effectué sur des Mac avec diverses versions des logiciels QuarkXPress et InDesign, dont nous possédons aussi quelques anciennes licences Windows (malheureusement, les outils sous [/i]Linux[/i] ne répondaient pas à nos besoins). Ce sont ces fichiers maquettes qui contiennent les bonnes versions de nos articles. Aujourd’hui, n’ayant plus de « grands » bureaux à même d’accueillir un tel parc machine, nous nous contentons de quelques PC sous divers Unix, aucun assez puissant pour accueillir une machine virtuelle en émulation dans laquelle faire tourner nos logiciels de mise en page. Pour le moment, nous avons réussi à faire tourner InDesign 2.0 sous Wine et, malgré quelques plantages, nous félicitons ses développeurs !). Par contre, nous bloquons avec QuarkXpress au moment de son contrôle antipiratage. Notre licence est en règle en théorie, mais nous doutons que l’éditeur fasse un effort pour nous aider à débloquer la situation vu notre configuration particulière… En fait, nos logiciels sont mêmes considérés comme « périmés » par leurs éditeurs respectifs, les procédures d’activation/enregistrement de licence (réenregistrement dans le cas présent) n’existent même plus en ligne.

Mise à jour du 19 février : nous avons trouvé xpress2html.c (versé dan le domaine publique) : un petit programme en C pour extraire les textes de fichiers .QXD écrit par sed sur la base du reverse engineering de Frans Faase, merci à eux ! Les textes et titres sont récupérés dans le désordre et sans les enrichissements (gras, italique…), mais c’est la meilleure solution trouvée jusqu’ici.




Vous voulez soutenir une information indépendante ? Rejoignez notre Club privé !

Vous pouvez recopier librement le contenu de cette page ailleurs (en indiquant le lien de cette page), mais sans le modifier ni en faire un usage commercial. Ce contenu est sous licence Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License.
Creative Commons License

[homepage]  [RSS]  [archives]
[contact & legal & cookies]  [since 1997]