ACBM - Le Virus Informatique qui vous défend !Retour à l'accueilLes brèvesLe magasinContacts Ecrire dans le virusListe de diffusionPetites annoncesLes concours



Paru dans Le Virus Informatique n°22
2003-02-01 00:00

Décéder en lisant des CD ?


ZDNet a fait une surprenante découverte: dans un communiqué de presse annonçant son graveur 48x de CD, Plextor mentionne les dangers potentiels d’une gravure supérieure à 40x. Selon la société, le média pourrait exploser à l’intérieur de l’appareil! Qu’en est-il réellement?

En conséquence, « bien que la vitesse de lecture maximale du lecteur soit de 48x, elle sera réglée, par défaut, sur 40x », déclare le constructeur. Vous pouvez néanmoins pousser le lecteur à sa vitesse maximale, à vos risques et périls, bien entendu: « La lecture du CD à une vitesse de 48x raccourcit en effet la durée de vie du lecteur. Le niveau de bruit est également nettement plus élevé pour une lecture à la vitesse la plus élevée. Par ailleurs, les CD souillés ou de mauvaise qualité pourraient même exploser dans l’unité s’ils sont utilisés à haute vitesse ». Ce problème peut survenir aussi bien à la gravure qu’à la lecture. Il n’est cependant pas lié à la qualité du périphérique, mais à celle du média. Le site Inpact-Hardware.com a, d’ailleurs, relayé un témoignage d’utilisateur ayant subi une telle explosion, photos à l’appui (difficile de prouver la véracité des faits exposés, néanmoins).

Une bombe à fragmentation!

Une thèse que corrobore Jorgen Stadje, un ingénieur suédois indépendant ayant procédé à une batterie de tests en laboratoire afin de relever précisément les réactions des médias à haute vitesse de rotation. Il en est arrivé à la conclusion qu’à 27500 tours par minute, la majeure partie des CD « explosent en une pluie de particules plastiques coupantes », dans un effet semblable à celui d’une bombe à fragmentation! Heureusement, les lecteurs 52x actuels n’atteignent cette vitesse que temporairement, en fin de parcours (dans le cas de la lecture continue d’un disque de 700 Mo de données). À moins de changer complètement la méthode de lecture des CD-Rom, aucune galette actuelle ne peut supporter une vitesse de rotation de 64x ou plus. Ainsi, Stadje préconise un renforcement à base de Kevlar pour le média et d’aluminium pour la structure des lecteurs. Troisième point, l’apposition d’un sticker sur le dessus du lecteur: il vous invite à garder vos mains propres (plus le CD-Rom est sale, plus les risques sont grands), à porter des lunettes de protection (ou un autre moyen de protection oculaire), mais, surtout, à garder une distance avec le lecteur de cinq mètres au minimum! Des conditions pas toujours facile à appliquer…

Des constructeurs aux avis partagés

Reconnaissant les problèmes de sécurité décrits par Plextor, Iomega utilise une technologie intitulée Smart-Burn. Ce procédé vérifie la qualité du disque et règle automatiquement la vitesse en écriture. De plus, l’appareil dispose d’« une protection métallique au niveau de l’insertion des disques. Si un disque explose, le disque peut abîmer le lecteur, mais n’est pas éjecté », nous déclare la société. Certes, il faudra acheter un nouveau graveur, mais l’utilisateur est théoriquement protégé!
Même son de cloche chez TDK, ce système de contrôle de vitesse est, lui aussi, accompagné d’un renforcement de la structure physique du lecteur. Ainsi, « la durée de vie reste la même que pour les graveurs de la génération précédente », nous précise-t-on, soit 30000 heures d’utilisation environ. TDK n’exclut pas un modèle 52x, si la demande s’en fait sentir.
On est plus sceptique chez Toshiba où l’on utilise la vitesse de lecture à 48x depuis approximativement 18 mois: « durant cette période nous n’avons rencontré aucun problème avec la lecture, durée de vie du produit ou l’intégrité physique de l’utilisateur ». Chez cette marque, la gravure et la lecture haute vitesse seraient donc considérées comme étant sans risque. Néanmoins, la vitesse de rotation des lecteurs Toshiba s’adapte, elle aussi, selon la qualité du média. La société nous informe qu’elle souhaite limiter l’évolution de la vitesse de gravure à 48x, seuil qu’elle s’est elle-même imposée.

Le jeu en vaut-il la chandelle?

LiteOn nous déclare qu’« il n’y a aucune raison qui justifierait une baisse de la durée de vie d’un média gravé à vitesse supérieure à 40x ». Nous n’en saurons pas plus, la société n’abordera ni la sécurité de l’utilisateur, ni la durée de vie du lecteur en lui-même. Quant aux autres sociétés, elles n’ont tout simplement pas donné suite à nos courriers (Panasonic, Philips, Teac, Mitsumi pour ne citer qu’elles). Mention spéciale pour AOpen qui déclare au site Inpact-Hardware.com: « Qu’attendiez-vous en achetant un lecteur de CD-Rom si bon marché? », suite au témoignage d’un lecteur dont le CD s’était complètement disloqué à l’intérieur d’un lecteur 52x de la marque.
Rappelons que le gain de performance est quasiment insignifiant entre un modèle 40x, 48x, ou même 52x en raison des séquences incompressibles de début et de fin de gravure. Et, comme les fabricants de CD-R peinent à certifier leurs produits aux vitesses maximales des graveurs les plus récents, la vitesse affichée n’est guère qu’un argument ­marketing…
Jay


Vous aimez cette page ? Partagez-en le lien sur les réseaux sociaux !

Facebook
Twitter
Google+
LinkedIn

Vous pouvez aussi recopier librement son contenu ailleurs (en indiquant le lien de cette page), mais sans le modifier ni en faire un usage commercial. Ce contenu est sous licence Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License.
Creative Commons License

Retour aux archives
Retour à l'accueil
[RSS]
Legal & cookies