Encadré issu de l'article paru dans Le Virus Informatique 26 (Juin 2004)

Mise en examen


Malgré mes doutes sur Guillaume Tena, nous avons, à plusieurs reprises, parlé de ses études de failles logicielles, car nul n’est coupable jusqu’à la preuve du contraire. Dans le lot, des problèmes de Viguard, article technique que nous sommes d’ailleurs le seul magazine à avoir publié. Nous avions néanmoins fait quelques réserves, son étude étant biaisée sur certains points, fait assez incompréhensible venant d’un biologiste rompu à la rigueur scientifique. Depuis, M. Tena affirme qu’il a été mis en examen pour contrefaçon suite à une plainte de Tegam, et ce pour avoir révélé ces failles. La société rétorque qu’une plainte a été déposée contre X (sans préciser le motif) et « n’a pas pour but de porter atteinte à la liberté d’expression ni aux travaux de recherche ». Elle ajoute « les remontées d’information sur le logiciel sont utiles et bienvenues », mais qu’elle « n’est tenue de répondre à des sollicitations malsaines, accepter de voir dénigrer pendant des mois son travail, son personnel, ses publications, sa recherche [...] ». Que s’est-il passé vraiment?

Les autres encadrés :

Le second référé
Toutes les pistes mènent à Kaspersky
Dernière minute : Tegam aussi !
Mise en examen
La clef de l'histoire ?

Revenir à l'article principal.